Un petit risque répété un millier de fois devient un gros risque !


Pratiquer la biosécurité, ce n'est pas cibler un ou deux vecteurs potentiels de risque de contamination, et espérer avoir fait le bon choix. Pratiquer la biosécurité, c'est contrôler et traiter toute une série de petits points critiques.

La biosécurité externe fait référence aux mesures prises pour éviter l'introduction d'agents pathogènes dans des populations, troupeaux ou groupes d'animaux dans lesquels ces agents pathogènes n'existent pas encore.

Pour pouvoir évaluer réellement l'ampleur du risque d'une voie de contamination spécifique à la ferme, vous ne devez pas seulement tenir compte de la probabilité de contamination de votre ferme par ce vecteur (par exemple : la distribution d'aliments, le transport entrant dans la ferme, la circulation des personnes, etc.). Vous devez aussi tenir compte de la fréquence de cette voie de contamination à la ferme. En d'autres termes, le nombre de fois par an où ce risque est pris. Le risque réel peut s'exprimer par la formule de probabilité suivante : P = 1-(1-p)n p (risque de voie de transmission) = 0,1 %. Le risque que cette voie de transmission provoque un réel danger de contamination à la ferme est de 1 sur 1 000 ! n (fréquence de la voie de transmission) = 50. Ce risque minime est donc pris chaque semaine.      

Le risque réel de contamination de votre ferme par cette voie de transmission spécifique sera de P = 1 -(1 - 0,001)50 => 4,88 % !

 

découvrez nos produits